Votre ville

Villepreux est une commune française située dans le département des Yvelines en Île-de-France, à environ
35 kilomètres du centre de Paris, au cœur de la plaine de Versailles.

Ses habitants sont appelés les Villepreusiens.

Ville urbaine

Localisation

Villepreux est à environ 12 km à l’ouest-nord-ouest de Versailles. La commune se trouve pratiquement dans l’axe de la perspective du Grand Canal du château de Versailles (un axe qui correspond à l’Allée royale de Villepreux). Cet axe a été quelque peu oublié après la Révolution de 1789 et le déménagement à Paris de la famille royale.

Villepreux est aujourd’hui une commune urbaine, car elle fait partie des cités denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee.
Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes et
10 816 803 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue.

Les quartiers

Le quartier du Pont de Biais et le Val-Joyeux
Le quartier du Val-Joyeux a été construit dans les années 1980, au Pont de Biais, il comprend une zone pavillonnaire et quelques immeubles.
 
La Haie-Bergerie
La création de la Haie-Bergerie est due à Jacques Riboud, qui a été le premier à concrétiser ce mode d’urbanisme à taille humaine, constitué de maisons individuelles dans les champs, là où il n’y avait rien. 
L’idée première était de construire une unité urbaine complète avec une école, une église, un hôtel de ville, un centre médical,  une bibliothèque, un gymnase, etc.
La deuxième idée était de donner la plus grande place aux maisons individuelles, de les regrouper les unes contre les autres et de les doter chacune d’un petit jardin. Les premiers pavillons ont été livrés en 1959.
Le 6 juin 1967, Louis Armand ingénieur et humaniste, posait
la dernière tuile sur le toit de la dernière maison de la Haie-Bergerie.
 

Le Prieuré et le quartier de l’Hôtel-de-Ville
Les ensembles immobiliers « Parc de Villepreux »,
« Pointe-à-l’Ange », « Clayes-des-Champs », puis le domaine
du Val-Joyeux et le quartier de l’Hôtel-de-Ville sont venus compléter l’urbanisation de Villepreux.

Le quartier du Prieuré vu par Jacques Gillet en juin 1969
Un nouveau quartier de 1 500 habitants va bientôt se construire entre la cité neuve et l’ancien bourg. Ce nouveau quartier permettra de combler le vide qui s’étendait entre la Haie-Bergerie et le bourg. 
 
La Pointe-à-l’Ange
Le quartier se situe au nord de la ville. Il comporte six petits immeubles construits en 1971. 
 
Les Hauts-du-Moulin
Outre les 1 000 logements, le quartier des Hauts-du-Moulin compte également deux équipements publics.
 

histoire

L'histoire de Villepreux

Îlot de verdure, niché au creux du val de Gally, Villepreux est un site protégé dans le prolongement du château de Versailles, c’est certainement l’un des plus anciens villages du Parisis.
 
Son existence, constatée en 856, remonterait à l’époque gallo-romaine, comme en témoigne la découverte en 1894, sur le plateau sud du village, de 17 sépultures de guerriers gallo-romains.
 
Si la première mention écrite sur Villepreux remonte à une charte de Charles le Chauve datée de 856, cela n’exclut pas l’existence d’habitants avant cette époque comme l’atteste la découverte d’un cimetière mérovingien en haut de la pépinière de l’école d’horticulture Le Nôtre, à la fin du XIXe siècle (aujourd’hui Centre de formation professionnelle).
 

Les armoiries

Écartelé au premier et au quatrième de gueules à trois besants d’argent, au deuxième et troisième d’or à deux masses d’armes de sable posées en sautoir, liées de gueules. 

Les besants sont les armes de Guillaume de Villepreux (XIIIsiècle) et les masses d’armes, celles des Gondy, seigneurs au XVIIe siècle.

Patrimoine

L'église Saint-Vincent-de-Paul

L’église Saint-Vincent-de-Paul a été inaugurée en octobre 1967 au moment du jumelage avec Fulpmes. Sa décoration a été confiée à Robert Lesbounit, peintre et sculpteur français (1904-1989) célèbre pour avoir ouvert le monde du symbolisme à ses élèves dont bon nombre deviendront des artistes par la suite. La toiture métallique de l’église, type shed, mêle fer et vitraux qui illustrent la Genèse. Sur la façade monumentale, les gravures représentent la vie de saint Vincent-de-Paul, l’annonce de la venue du Christ et l’Apocalypse.

Après avoir été labellisée « Patrimoine du XXe siècle » en 2011, l'église a fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques le 3 novembre 2020.

La maison Saint-Vincent

Cette maison est à l’origine un ensemble de trois constructions dont deux devront être abattues pour vétusté. Dans ces trois maisons médiévales, Vincent de Paul a créé sa deuxième maison de charité du royaume en 1618.
En 1962, le maire de Villepreux, Jacques Gillet, prit un arrêté de péril pour la troisième maison qui menaçait de tomber en ruine. En 1966, il sollicita le ministère des affaires culturelles pour sa conservation. En 1974 le maire Roland Prédiéri parvint à la faire inscrire à l’inventaire complémentaire des Monuments Historiques. En 1977, ses propriétaires acceptent de la vendre à la commune. Roland Prédiéri s’entoura de Mr Delaunay, architecte des Bâtiments de France et des « Compagnons » hautement qualifiés pour la sauver.

Le 18 février 1982, l’association Vieilles Maisons Françaises a décerné un premier prix et une médaille d’or à la commune de Villepreux pour cette restauration. Cette maison à vocation culturelle est inaugurée le 19 février 1982.

Le château de Villepreux et la ferme de Grand'Maisons

Le château de Villepreux est classé à l’inventaire des Monuments historiques. En 1598, la famille de Francini fait construire l’hôtel qui deviendra plus tard le château de la seigneurie de Villepreux. Les frères Thomas et Alexandre Francini, ingénieurs hydrauliciens de grand talent étaient les fontainiers des rois . À partir de 1661, ils se consacrèrent au château de Versailles. De par la variété et la profusion des divertissements en eau qu’ils ont su concevoir, les Francini devinrent les magiciens du parc de Versailles.
En 1768, François-Honoré, le dernier des Francini vendit la seigneurie de Villepreux à Louis XV. François Heurtier, architecte des Bâtiments royaux, acheta le château à Louis XVI en 1788, il fut conseiller municipal de Villepreux et c’est lui qui, en 1789, porta à Versailles les cahiers de doléances de la commune.
Après la Révolution, les Merlin, propriétaires de la ferme de Grand’Maisons acquièrent le château de Villepreux, reconstituant le domaine de Francini. 
D'après « Villepreux, un siècle d'images », 1993

Le livre est en vente à l'accueil de la mairie.

L'art dans la ville

Robert Lesbounit : dessinateur, peintre, fresquiste, sculpteur et enseignant français

Des dessins gravés dans le béton par Robert Lesbounit (1904-1984) attirent l’œil, des chiffres et des lettres près du collège, des oiseaux, des animaux, le long des murets.
Au fronton du bâtiment du square de l’Hébergerie, siège de la police Municipale, le sculpteur-graveur, le sculpteur grava dans le béton les douze signes du Zodiaque. 

D’autres dessins gravés sont visibles sur un grand mur au square du Génie Civil. Ses fresques sont des illustrations du génie mécanique, intéressantes pour les enfants, elles sont aussi symboliques pour les parents, car elles rappellent les engins de terrassement et de maçonnerie, utilisés pour la construction du quartier de la Haie Bergerie. Précisément, c’était, à cet endroit même, que l’on faisait la préparation du béton.

Robert Lesbounit est connu pour avoir ouvert le monde du symbolisme à nombre de ses élèves qui le surnommaient « le patron » devenus des artistes reconnus, parmi lesquels Pierre Lohner, Hubert de Sainte-Marie, Marceau Constantin, Maurice Verdier ou Charles Marq.

Gérard Ramon : sculpteur sur métal

À ses débuts Gérard Ramon a réalisé sa première pièce avec Monsieur Perrin : « La mère et l’enfant », œuvre en cuivre pour la commune de Villepreux.

À l’entrée ouest de la ville, on trouve la première œuvre destinée à la place publique de Gérard Ramon, il s’agit de la statue d’une femme conduisant son enfant au-devant du père de famille qui revient de son travail. Gérard Ramon cherche à développer un sentiment d’appartenance chez l’habitant qui s’installe favorisant l’adaptation à son nouvel environnement.

Monsieur Gérard RAMON a été professeur pendant une période de dix à quinze ans (six à sept ateliers par semaine).

Les villes possédant ses sculptures sont : Périgueux, Angoulême et Bordeaux

Charles Correia : sculpteur

Charles Correia (1930-1988), sculpteur français d’origine portugaise, chevalier des Arts et des Lettres, a choisi sa fille comme modèle pour la sculpture connue sous le nom de Sophie.

Spécialisé dans le travail du bronze, il est un des rares sculpteurs en France à avoir pu vivre de son art.

Andrée et Michel Hirlet, céramistes

Œuvre de 1998, réalisée pour la commune de Villepreux, dans le projet urbain, par le couple d’artistes céramistes, Andrée (1937-2020) et Michel Hirlet, connus sous le label « céramistes francs-tireurs » depuis 1963. Cette sculpture a été inspirée par l’écrivain, poète et peintre, Henri Michaux (1899/1964) : « doigts nombreux au point d’être dix et cinq modèles différents ».

À Villepreux, ils ont édifié deux bancs en forme de mains géantes.
Leurs pièces sont des grès chamottés et émaillés, grâce à des matériaux préparés par leurs soins. Ils ont réalisé des œuvres monumentales, baptistères, fontaines, ou des œuvres de dimensions plus restreintes, mais toujours puissantes et architecturées.

Poème d’Henri Michaux, Compagnons
Et la vigueur de l’homme est dans les bras,
Et les bras du nageur sont dans le fleuve.
Et le fleuve boit, et le nageur boit et le noyé a beaucoup bu.
On le repêche, et on le met à sécher,
Mais il est mort, et mort pour quelque temps…
(coutume! coutume!)
Ah! écrire, écrire sans jamais rien accrocher…
Femmes aux cheveux blonds qui depuis si longtemps fûtes mes compagnes de rêves, de nuages et de secousse,
Arbres dans les vallées et vallées à l’automne.
Fleurs avec vos pétales et avec vos sépales,
Mouchoirs au fond d’une poche trouée, en suspension près de la jambe,
Mouchoirs qui serrez le nez avec ostentation,
Mouchoirs qui prenez le parfum comme une quille bien heurtée se rend à la pesanteur,
Doigts nombreux au point d’être dix et de cinq modèles différents.
Compagnons, tous mes compagnons, fantômes aux corps de verre.
Fantômes tremblants parcourus de coliques.
C’est vous qui êtes mes hommes, c’est
Vous.

Adresse et coordonnées

Place Pierre-Mendès-France
78450 Villepreux

01 30 80 80 00
espace.services@villepreux.fr

Horaires

Lundi, mardi, jeudi et vendredi :
de 14h à 17h30
Mercredi : de 08h30 à 12h00
de 14h00 à 17h30
Samedi : de 8h30 à 12h
(uniquement sur RDV)

Hôtel d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines

1, rue Eugène-Hénaff
BP 10118
78192 Trappes Cedex
France
Tel : 01 39 44 80 80

Copyright © Mairie de Villepreux 2022