Page précédente Imprimer cette page G´nérer un fil RSS pour cette page

Refonte de la cuisine centrale
 

Des locaux vieillissants, un équipement qui devient obsolète dans ses dimensions et sa fonctionnalité : il devenait indispensable de procéder à la refonte du bâtiment de la cuisine centrale située au sein du groupe scolaire Jean de la Fontaine. Un projet de hausse qualitative qui s’inscrit bien dans la lignée de la politique « filière 100% qualité » déjà mise en place pour les repas scolaires (produits frais et de saison, produits BIO…). Durant ces travaux, qui débutent à l’été 2019 et prendront fin à l’été 2020, une cuisine et self temporaire seront installés dans la cour de l’école. Séance de questions-réponses avec Stéphane Mirambeau, Maire de Villepreux.

 

 

Pourquoi réaliser une nouvelle cuisine centrale ?

Stéphane Mirambeau : il s’agit d’assurer l’efficacité du service, de veiller au confort des enfants sur ce temps important de restauration. L’agencement et le fonctionnement de l’actuelle cuisine centrale ne sont plus adaptés aux volumes de repas à préparer.

Ce constat est d’autant plus vrai en prévision de l’ouverture de l’école des Hauts du Moulin à la rentrée de septembre 2020. Il devient absolument indispensable de se doter, dès maintenant, de nouveaux locaux, conçus de manière adaptée à nos nouveaux besoins.

Nous allons également refaire tous les espaces de la cantine de l’école Jean de la Fontaine afin de passer dans un mode de restauration « self ». Le service sera ainsi plus efficace et les enfants bénéficieront d’un temps plus long d’activités à valeur ajoutée, durant ce temps du midi, au sein de l’accueil périscolaire.

Bonne nouvelle d’ailleurs : les enfants pourront bénéficier dès septembre 2019 des avantages du self puisque la structure temporaire est mise en place durant l’été !

 

Ces travaux auront-ils des conséquences sur le quotidien à l’école ?

S.M. : Nous sommes bien sûr conscients que ces travaux vont engendrer des désagréments temporaires et nous ferons le maximum pour veiller au confort des enfants, des enseignants et des équipes de l’accueil de loisirs. 

Une alternative à la solution du self temporaire consistait à organiser les repas des enfants au sein des classes, avec des repas froids. Nous avons toujours refusé cette solution, bien moins qualitative et finalement moins confortable pour les enfants. 

Les enfants seront toujours accueillis dans de bonnes conditions à l’école et ils pourront continuer de jouer dans la cour. Un coordinateur de sécurité veillera au quotidien à ce que les travaux respectent toutes les règlementations qui garantissent un bon déroulement et la sécurité de tous. Pendant l’opération, nous communiquerons régulièrement auprès des parents et des enseignants. Nous serons aussi à leur écoute pour connaître leur retour et pouvoir améliorer le quotidien de chacun… Autant que ces travaux le permettront bien sûr. 

Une telle opération porte évidemment son lot de nuisances potentielles. Nous le savons tous. Comme nous savons également que le résultat final sera à la hauteur de l’importance de ces travaux ! Au bout du compte, la nouvelle cuisine centrale et le self de l’école Jean de la Fontaine seront de formidables valeurs ajoutées, au quotidien, en particulier pour les enfants.

 

L’école Jean de la Fontaine devrait voir ses effectifs augmenter en septembre 2019. N’auraient-ils donc pas fallu attendre l’année suivante pour éviter que les travaux se déroulent lors d’une année où l’école accueille davantage d’élèves ? 

S.M. : L’enjeu était, justement, de se doter d’une nouvelle cuisine centrale pour l’ouverture de l’école des Hauts du Moulin. Il était donc impératif de réaliser l’opération en prévision de la rentrée 2020. 

Le groupe scolaire Jean de la Fontaine comptera certes quelques élèves supplémentaires à la rentrée 2019 par rapport à l’effectif de cette année. Mais sur une école qui compte près d’une vingtaine de classes, l’augmentation sera tout de même marginale, ce volume supplémentaire n’aura pas d’impact conséquent sur la bonne tenue des travaux. 

A n’importe quelle période, l’opération aurait engendrée les mêmes désagréments temporaires : attendre une année supplémentaire n’aurait rien changé à l’impact de cette refonte. Autant réaliser cette nouvelle cuisine dès que possible, pour bénéficier des avantages au plus tôt.